Suivez-nous sur : facebook

Témoignage bénévole #2

07 juin 2017

Témoignage bénévole #2

Il y a quelques semaines, nous avons reçu par mail l’histoire de Mary Kate et de Carlos. Mary Kate est une Irlandaise, bénévole avec Utopia 56. Carlos est un réfugié de 16 ans, rencontré dans la Jungle de Calais. Mary Kate a accueilli chez elle Carlos. Elle vous raconte son histoire.

 

» Je me suis portée volontaire avec Utopia56 en août / septembre dernier. C’était une expérience intense et j’étais plein d’admiration pour les jeunes Français qui travaillaient si fort depuis tous ces mois.

 

» J’ai rencontré un jeune homme à l’école qui s’appelait Carlos (nom d’emprunt). Carlos avait seulement 16 ans et il parlait très peu anglais, était assez timide et doux. Je me suis attachée à lui et il a été difficile de lui dire au revoir. Alors je me suis inscrite pour revenir en octobre. Mais je ne suis pas revenue, comme la Jungle de Calais était démantelée. Cependant, quand j’ai appris que les mineurs non accompagnés avaient été laissés de côté, j’ai à tout prix voulu savoir ce qui deviendrait de Carlos. Il n’avait pas de téléphone, mais je lui ai adressé un message à travers d’autres réfugiés, qui lui ont transmis.

 

» Carlos avait été transféré à Biscarosse (Landes). Quand il a eu un téléphone, nous avons pu lui écrire. Il n’a aucune famille, sauf dans son pays déchiré par la guerre, qu’il a laissé derrière lui.

 

» J’ai commencé à me renseigner pour savoir comment je pourrais le faire venir en Irlande. C’était un processus confus, décourageant et difficile, mais néanmoins, j’ai persisté. Finalement, les choses se sont faites. Je suis entrée en contact avec un groupe appelé Not On Our Watch, des militants basés en Irlande travaillant pour le compte des réfugiés. Le gouvernement irlandais a adopté une résolution pour donner une maison à 200 des 1 200 MIE de Calais. Des amis, qui étaient déjà candidats pour être des parents d’accueil, ont proposé d’accueillir Carlos dans leur foyer. Enfin, grâce à un ami, je suis entrée en contact avec l’homme, dont la mission était d’accompagner les MIE en Irlande.

 

» Le timing était miraculeux, selon cet homme. Il avait entendu parler de Carlos une semaine avant de recevoir sa mission. Et il a construit toute la mission autour de Carlos, en s’assurant qu’il pouvait venir en Irlande comme quelqu’un ici se souciait de lui.

 

» À ce moment-là, Carlos perdait l’espoir. On m’a interdit de lui rendre visite à Biscarosse. Il était tenté de fuir le centre, comme beaucoup de ses amis et d’aller à Calais ou en Belgique pour essayer de passer au Royaume-Uni. Je priais tous les jours de rester, mais je ne pouvais lui faire aucune fausse promesse. Une femme de Not On Our Watch, qui parle l’arabe, a également essayé de lui expliquer que venir en Irlande légalement avec un retard était mieux que d’aller illégalement au Royaume-Uni, mais il était difficile pour lui de garder espoir.

 

» Les choses se sont déroulée plutôt rapidement pour un processus bureaucratique, bien que tout cela ait été très lent pour Carlos. Je vous écris avec des larmes de gratitude que Carlos est arrivé en Irlande le 15 mars.

 

Il va être un Irlandais et un citoyen de l’Union Européenne, il ne sera plus jamais un réfugié. Il dit qu’il veut faire de l’Irlande sa maison, car le Royaume-Uni ne voulait pas lui, contrairement à l’Irlande. Il aime la pluie, parce qu’elle rend l’Irlande verte. Il va aller à l’école et à l’université s’il le veut. Il a une famille maintenant et il fait partie de ma famille maintenant.

 

» Tout cela s’est passé grâce à Utopia56. Je sais que le travail est sans fin et il y a beaucoup d’histoires terribles. Mais c’est un espoir, une fin heureuse et un nouveau départ. Je vous remercie et Carlos vous remercie.