Inscrivez-vous à la newsletter

Suivez-nous sur : facebook

Paris. VEILLE DE RENTRÉE : DES FAMILLES A LA RUE DORMENT DEVANT LA MAIRIE

01 sep 2020

Paris. VEILLE DE RENTRÉE : DES FAMILLES A LA RUE DORMENT DEVANT LA MAIRIE

Après un mois d’alertes auprès des services de la mairie de Paris et de la préfecture d’Ile-de-France restées sans réponse, 107 familles exilées et vivant à la rue se sont installées ce lundi 31 août sur le parvis de l’Hôtel de ville pour mettre fin à cette situation indigne. L’objectif : obtenir un hébergement pérenne pour la totalité d’entre elles.

Depuis 2015 les pouvoirs publics ont montré leur incapacité à accueillir dignement les personnes exilées qui arrivent à Paris, au mépris de leurs obligations légales. Parmi ces personnes de nombreuses familles et femmes seules dont le temps passé à la rue ne cesse de s’allonger avant qu’une prise en charge ne leur soit proposée. 

Chaque soir depuis 2017, l’association Utopia 56 tente tant bien que mal de combler ces défaillances étatiques et municipales via un réseau d’hébergeur.se.s solidaires. Ce réseau est composé d’environ 250 habitant.e.s francilien.ne.s qui accueillent chez eux les femmes seules, familles et couples à la rue. 

Depuis le début de l’année 2020, 667 familles ont sollicité notre association pour un hébergement soit 1642 personnes dont 185 enfants de moins de trois ans. 

Le 29 juillet 2020 a eu lieu le démantèlement des campements d’Aubervilliers. Le soir même 15 familles sollicitaient à nouveau notre association. Faute de places ouvertes dans les dispositifs de droit commun, ce chiffre ne cesse d’augmenter jusqu’à atteindre 145 familles ces deux dernières semaines d’août, soit 361 personnes dont 147 enfants, avec parmi eux 56 de moins de trois ans. Utopia 56 a envoyé près de 30 e-mails aux institutions chargées de protéger ces familles, sans qu’aucune solution ne leur soit proposée. 

La seule réponse apportée à l’urgence fut sécuritaire et policière : harcèlement, gazage, destruction de matériel. Chaque nuit les forces de police ont été déployées pour déloger les familles installées sous tente et les repousser en dehors de Paris dans une volonté politique délibérée d’invisibiliser leur situation. Le message est donc clair : déplacer le problème au lieu de le régler. 

En conséquence les familles, couples et femmes seules suivies par Utopia 56 se sont installées sur le parvis de l’Hôtel de ville afin d’exiger des solutions d’hébergement dignes, pérennes et inconditionnelles. Le passage à la rue ne peut plus être une étape inéluctable dans l’accès à la demande d’asile et à la prise en charge en France. 

L’augmentation du nombre de places dans les dispositifs d’hébergement et une refonte de l’accueil des nouveaux arrivant.e.s est indispensable pour ces situations ne perdurent pas dans le temps.