Inscrivez-vous à la newsletter

Suivez-nous sur : facebook

Paris. Évacuation et coup de com du gouvernement

08 nov 2019

Paris. Évacuation et coup de com du gouvernement

Une évacuation des campements de Porte de la Chapelle, à Paris, et avenue Wilson, à Saint-Denis, a eu lieu hier. Les équipes d’Utopia 56 Paris étaient présentes.

En amont de l’opération, comme d’habitude, les associations de citoyens n’ont eu aucune information, ne permettant pas de préparer celle-ci dans les meilleures conditions possibles. Rien n’a été dit de l’inconditionnalité ou non, des modalités de la mise à l’abri, des lieux où seront orientées les personnes, des conditions d’accueil dans ces lieux, du triage et de l’orientation différenciée des publics (demandeurs d’asile ou non, familles, jeunes en procédure de recours quant à leur minorité, etc.). 

Hier matin, l’évacuation Porte de la Chapelle s’est déroulée dans la plus grande confusion. Les institutions présentes sur place ne communiquaient pas avec les associations.

Sur place, alors qu’il nous avait été promis de pouvoir récupérer les tentes et couvertures laissées, les CRS nous en ont empêché. Tout ce matériel, parti en déchetterie, ne pourra pas être redistribué. Ce sont des centaines de dons et d’heures de bénévolat qui sont ainsi perdus. 

Au même moment, à Porte d’Aubervilliers, loin des caméras, une cinquantaine de personnes ont été interpellées, dans une opération massive d’arrestation. Il a été empêché aux bénévoles et volontaires de l’association de distribuer des guides pratiques «Que faire en cas d’arrestation», empêchant les exilé.e.s d’avoir connaissance de leurs droits.

 

Nous dénonçons un coup de communication du gouvernement, sans prendre, comme à chaque évacuation, les personnes piégées par les accords de Dublin, qui les empêchent de faire leur demande d’asile en France. 

Et après ?

Hier soir, nous avons déjà recensé à Porte d’Aubervilliers neuf familles qui s’apprêtaient à passer la nuit à la rue. Huit ont pu être hébergées, pas la neuvième. Deux ou trois nuits par semaine, par mois ou de temps en temps, ouvrez votre canapé ou votre chambre d’ami pour une femme seule, une femme avec enfant ou une famille à la rue. Inscriptions ici (cela ne vous engage à rien).

Nous allons également continuer de suivre les familles et majeurs isolés emmenés dans des gymnases hier pour nous assurer que leurs conditions d’accueil sont dignes et que leur demande d’asile sera étudiée.

Pour nous soutenir

Vous pouvez adhérer à l’association, nous rejoindre comme bénévole à travers nos missions quotidiennes jour et nuit ou faire un don financier. Notre association est soutenue à 70% par les dons des particuliers, nous ne recevons et n’acceptons aucune aide financière de l’Etat.