Suivez-nous sur : facebook

Les associations humanitaires saisissent le juge des référés pour le respect des droits des exilés

16 juin 2017

Les associations humanitaires saisissent le juge des référés pour le respect des droits des exilés

Des exilés et des associations humanitaires de Calais saisissent à nouveau, aujourd’hui vendredi 16 juin, le juge des référés du Tribunal Administratif de Lille. Nous lui demandons d’enjoindre aux autorités de respecter les libertés et les droits fondamentaux des exilés présents sur le Calaisis. 

 

Déni de réalité, déni d’humanité

 

Aujourd’hui plus de 600 exilés, dont de nombreux mineurs isolés, survivent sur le Calaisis dans des conditions effroyables. L’accès à l’eau, à des toilettes, aux douches, à une distribution alimentaire, à une information réelle sur les droits, sont des droits fondamentaux. Ces droits ne sont pas respectés, aujourd’hui à Calais. Ce n’est pas en privant les exilés de leurs droits fondamentaux et en leur refusant le minimum de dignité que l’on répond à la question de l’accueil des réfugiés. Face à la situation sanitaire et sociale déplorable que subissent les exilés, les associations humanitaires sommes donc contraints de saisir en urgence le juge des référés de Lille. 

 

Le rapport du Défenseur des Droits 

 

Lundi 12 juin 2017, Jacques Toubon, le Défenseur des droits s’est rendu sur place. Dès lors, il demande à ce que soit « mis un terme aux atteintes aux droits fondamentaux les plus élémentaires » et de mettre fin à « cette sorte de traque » pour « autoriser les distributions de repas, la mise à l’abri des mineurs sur place, la mise en place d’un lieu où les personnes peuvent se reposer, se ressourcer et envisager la suite de leur parcours migratoire. » 

Ce communiqué du 14 juin 2017 apporte une confirmation des faits constatés par nos équipes sur le terrain. Le rapport qui s’en suivra ne peux qu’être encourageant pour les associations humanitaires qui agissent auprès du juge administratif, aujourd’hui. Nous espérons qu’à l’issue du référé, l’État prenne sa responsabilité dans cette crise humanitaire et traite avec dignité les exilés sur son territoire.

 

Associations signataires : 

L’Auberge des migrants, La Cabane juridique / Legal Shelter, Care4Calais, La Cimade, Gynécologie sans frontières, Help Refugees, Ligue des droits de l’Homme, Le Réveil Voyageur, Salam Nord Pas-de-Calais, Secours catholique Caritas France et Utopia 56.