Suivez-nous sur : facebook

Une année d’Utopia 56 sur le terrain

13 jan 2017

Une année d'Utopia 56 sur le terrain

L’incroyable souffle de solidarité autour des réfugiés : l’histoire d’Utopia 56

Il y a tout juste un an (le 15 janvier), Utopia 56 encadrait sa première équipe de bénévoles dans la jungle de Calais. Aujourd’hui, l’association compte 4 000 adhérents. 

A l’automne 2015, deux Bretons, Yann et son fils Gael Manzi, découvrent la jungle de Calais. Ils rentrent en Bretagne et alertent leurs amis. Un petit groupe de copains à Lorient et Quimper, co-fonde Utopia 56. Le 15 janvier 2016, un premier appartement est ouvert à Calais pour héberger des bénévoles. Ce week-end là, deux premières équipes d’Utopia travaillent dans le bidonville. Ils aident aux douches. Ils construisent des cabanes, distribuent des tentes, ramassent les déchets. Nous étions 30 adhérents.

Lancer un appel au bénévolat, l’encadrer et proposer un hébergement répondait à un besoin en France. La preuve : nous sommes 4 000 aujourd’hui.

Grande-Synthe, Calais, Paris …

En mars, en accord avec MSF, le maire de Grande-Synthe, Damien Carême, confie la gestion du premier camp humanitaire de France (1 500 réfugiés) à Utopia 56. Notre jeune association de bénévoles gère le camp de son ouverture le 7 mars, jusqu’à sa reconnaissance par l’Etat. Une aventure incroyable. 
Parallèlement en 2016, Utopia 56 continue à travailler dans la jungle de Calais (10 000 réfugiés) en encadrant 6 000 journées de bénévolat. Depuis novembre 2016, Utopia 56 intervient dans le nouveau Centre Humanitaire de la Chapelle, à Paris, géré par Emmaüs Solidarité, en gestion de file d’attente, distribution de vêtements, accompagnement des mineurs. Un appartement Utopia 56 vient d’être ouvert pour héberger les bénévoles long-termes.

Les mineurs isolés, les réfugiés dans la rue, les CAO, l’information aux réfugiés, l’hébergement citoyen…

A Paris, les bénévoles d’ Utopia 56 travaillent aussi dans la rue, en distribution de couvertures. Tous les soirs, ils mettent à l’hôtel des adolescents réfugiés qui dorment à la rue et ne rentrent pas dans les dispositifs officiels pour différentes raisons. Ces sont surtout des primo-arrivants, qui ne parlent pas un mot d’anglais. Rejoignez nous !

A Calais, des bénévoles Utopia 56 continuent d’aider les réfugiés restés sur place avec notamment des maraudes et de l’aide apportée à l’Auberge des Migrants/Help Refugees. Il est toujours possible de s’inscrire avec Utopia 56 et d’être hébergé pour 5 ou 10 euros la nuit. 

Des groupes Utopia 56 se sont créés à LilleLyon, Aix, Rennes, Saint-Brieuc, Brest, Lorient, Tours. Ils s’occupent de mineurs isolés, gèrent des situations d’urgence pour des réfugiés vulnérables, organisent des  collectes, font de l’information aux réfugiés.

A Saint Brieuc, à Tours, dans le Nord, en Rhône-Alpes, en région Paca, des bénévoles travaillent aussi dans certains des 300 CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation) ouverts en France. Utopia 56 soutient avec l’Auberge des Migrants la plateforme Info CAO qui permet à 5 000 citoyens engagés dans les CAO de communiquer entre eux. Utopia 56 développe actuellement l’hébergement et l’accompagnement des mineurs isolés, l’information aux réfugiés. Nous avons aussi des projets en hébergement citoyen. Nous sommes déjà 4 000 et nous ferons encore plus en 2017.