Inscrivez-vous à la newsletter

Suivez-nous sur : facebook

A Calais on se réorganise !

06 mai 2019

A Calais on se réorganise !

Le local en centre-ville a ouvert il y a quelques semaines, les premiers cours de langue (français, anglais et amharique) ont commencé, et des situations individuelles se débloquent petit à petit. 

L’équipe d’accompagnement devient de plus en plus multitâche et efficace dans l’accompagnement des personnes : accès aux soins, mise à l’abri, suivi des situations sociales et médicales en coordination avec les acteurs appropriés.                                                                    

La parole est de plus en plus donnée directement aux personnes exilées lors de réunions et de manifestations en ville. Ces personnes font de nouveau entendre leurs voix ce qui nous fait avancer dans la bonne direction. 

Notre antenne calaisienne a également pu rencontrer la rapporteure spéciale de l’ONU sur le logement convenable, Leilani Farha. Elle a vu les lieux de survie des personnes, assisté à une expulsion et a écouté les exilé.e.s et associations de Calais et Grande Synthe pendant un temps de réunion. Elle a, finalement, lors d’une conférence de presse, condamné la France pour violation du droit au logement des personnes sans-abris sur son territoire. 

Toutefois les expulsions de terrains quotidiennes continuent en parallèle de fausses opérations de mise à l’abri des personnes en CAES. Deux grosses évacuations ont eu lieu ce dernier mois rendant les personnes encore plus vulnérables et en danger. 

Un jeune homme Ethiopien est décédé dans un camion le mois dernier sans qu’aucune responsabilité ne soit prise de la part de l’État. Un rassemblement en hommage aux personnes décédées aux frontières de l’Europe a eu lieu vendredi dernier sur la plage de Calais. Pas d’oubli pour ces personnes trouvant la mort alors qu’elles sont simplement à la recherche d’un refuge. 

Des extraditions vers le Soudan ordonnées par le préfet du Pas-de-Calais ont eu lieu, malgré des courriers envoyés pour tenter de les arrêter. Nous continuerons de condamner ces renvois de personnes vers des lieux où leur sécurité n’est pas assurée et leur vie mise en danger. Ainsi que de soutenir la communauté soudanaise ainsi que toutes les autres contre les déportations. 

Nous espérons que la voix des personnes exilées, accompagnée par celle des associations et de l’ONU dernièrement, mèneront à un accueil digne des personnes en exil et au respect du droit d’asile