Inscrivez-vous à la newsletter

Follow us on: facebook

Paris. Un campement pour visibiliser les familles

August 23, 2019 - 11:34pm

Paris. Un campement pour visibiliser les familles

CAMPER POUR LA VISIBILITE

En 2006, 200 tentes au bord du Canal Saint Martin avaient soulevé un intérêt national quant à la situation des personnes sans-abri. 13 ans après, les 1000 tentes présentes aux portes de Paris et les dizaines de familles à la rue ne suscitent plus la moindre indignation et font désormais partie du paysage nord parisien. Pour ne pas rester invisibles le long du périphérique et cantonnées dans un espace d’exclusion, ces familles ont décidé de s’établir dans un réel lieu de la vie parisienne, le parc de la Villette.

Il y a à peine plus d’un mois, les bénévoles de l’association Utopia 56 ont déjà alerté les autorités sur l’urgence de la situation des familles, couples et femmes exilées à la rue. Début juillet, ces derniers ont décidé, avec des soutiens solidaires, de monter un campement à Porte d’Aubervilliers pour visibiliser leur situation auprès du grand public et des autorités responsables.

Retour à la rue trois jours après l’évacuation

Ce campement a accueilli 150 personnes en quelques jours et a rapidement été évacué. Les familles ont été dispersées dans différents centres d’hébergement d’urgence qui ne présentent pas toujours les conditions nécessaires à l’accueil (absence de douches, de chambres, d’intimité ou de suivi) et ont été laissées pour la plupart sans information sur la suite de la prise en charge.

Trois jours après, une dizaine de familles ont été remises à la rue. La majorité demeurent toujours dans ces mêmes centres et aucune solution pérenne ne se dessine. Quant aux familles nouvellement à la rue, rien de plus n’a été mis en place pour leur prise en charge. Cette évacuation s’est révélée être une action d’invisibilisation davantage qu’une solution apportée aux familles.

Plus de 100 personnes par soir à la rue

A ce jour, autour de 100 personnes par soir (parents, enfants et femmes seules) sollicitent l’association pour un hébergement solidaire. La moitié sont des enfants. Quelque soit leurs procédures administratives courantes, la place des femmes, hommes et a fortiori des enfants n’est pas à la rue et leur accès à l’hébergement ne devrait en aucun cas faire l’objet d’un tri. En cette fin d’été, les enfants devraient préparer leur rentrée scolaire plutôt que de s’inquiéter de là où ils vont passer la nuit.  

Cette urgence s’inscrit dans une politique étatique qui ne cesse d’épuiser le secteur social, victime d’importantes coupes budgétaires et d’une surcharge de travail. De son côté, le 115 n’a plus les moyens suffisants pour faire face au nombre de personnes en situation de grande précarité et qui les sollicitent, en témoignent les appels quotidiens des familles à la rue qui restent sans réponse.

Cette politique sociale au rabais se dirige vers une fin de l’inconditionnalité de l’accueil et de l’hébergement,  confirmée par la récente obligation pour le 115 de transmettre la liste des personnes hébergées à l’OFII. Les parcours des personnes exilées qui ne rentrent pas dans les critères drastiques de l’asile se limitent à des allers-retours entre la rue, les hébergements d’urgence, les centres de rétention et les déportations.

Hébergement total, pérenne et inconditionnel

Familles exilées à la rue et soutiens solidaires exigent un hébergement total, pérenne et inconditionnel, l’ouverture de places supplémentaires dans des centres d’hébergement adaptés à la situation de chaque famille ainsi que la régularisation de tou.te.s. Les soutiens solidaires seront vigilants afin qu’une possible prise en charge future ne se transforme pas en une énième action d’invisibilisation. 

Venez soutenir les familles, couples et femmes seules à la rue ainsi que leurs soutiens afin d’exiger avec eux une réelle prise en charge pérenne, totale et inconditionnelle, aujourd’hui comme demain.

Pour nous soutenir

Faire un don ponctuel ou faire un don mensuel

Devenir bénévole et nous rejoindre sur le terrain le soir

Faire un don de tente, sac de couchage, couches et nourriture pour bébé…