Inscrivez-vous à la newsletter

Follow us on: facebook

Paris. Après le coup de com’ du préfet, le retour à la réalité

November 28, 2019 - 9:34pm

Paris. Après le coup de com' du préfet, le retour à la réalité

Ce jeudi matin a eu lieu une énième «mise à l’abri» inadaptée, sous-dimensionnée et hypocrite, orchestrée par la préfecture de police et la Mairie de Paris.

Quels éléments composent ces opérations qu’on connait sur le bout des doigts ?

  • Prenez un campement dans lequel vivent des milliers de personnes dans des conditions insupportables.
  • Faites attendre près d’un millier d’entre eux (autour de 800 hommes et 200 personnes de familles ce matin) dans le froid, en ligne, pendant des heures.
  • Prévoyez des bus mais vraiment pas assez pour être bien sûr pour que ceux qui ont encore l’espoir d’être protégés par l’Etat soient laissés sur le carreau.
  • Déroulez l’opération comme à votre habitude, sans communiquer.


A partir de là, deux déroulés sont à mener en parallèle :

Ceux qui restent

  • Une fois le dernier bus rempli, attendez un peu puis annoncez aux centaines de personnes frigorifiées sur le trottoir qu’elles n’auront rien. Regardez-les repartir vers leurs tentes, déconfites.
  • Quand elles se dirigent vers leurs tentes, bloquez-leur la route et dites-leur qu’elles pourront récupérer leurs affaires plus tard.
  • Faites venir les équipes de nettoyage et les tractopelles, prenez bien attention à écraser, détruire et jeter dans les bennes la totalité de leurs affaires et leurs moyens de subsistances, juste devant leurs yeux : tentes, couvertures, sacs de couchage, vêtements, effets personnels.
  • Installez des barrières et mettez des policiers pour ne pas que les personnes déçues, désespérées, volées, frigorifiées aient un lieu où s’installer dans les jours à venir.


CEUX QUI PARTENT

  • Envoyez-les quelques centaines de personnes qui sont montées dans les bus vers des CAES sans leur dire où.
  • Parquez-les dans des gymnases inadaptés.
  • Faites-les patienter quelques jours sans informations puis «examinez leurs situations administratives».
  • S’ils sont déboutés, remettez-les à la rue, pareil s’ils n’ont pas la bonne nationalité, ou encore s’ils sont dublinés, ou encore s’ils sont en fuite, ou s’ils sont en procédure accélérée, ou s’ils sont en procédure d’asile normale mais que quelqu’un a décidé qu’ils n’avaient plus le droit d’être hébergés, ou encore s’ils sont en procédure normale mais que leur tête ne vous revient pas. Pour tous ceux-là, montrez-leur la sortie et retournez à vos occupations.
  • Quand ils sont de retour à la rue après 3, ou 4, ou 5 jours, sans couverture ou tente, vous pourrez quand même les comptabiliser dans les 19 000 personnes mises à l’abri depuis janvier, même ceux qui sont comptés pour la troisième fois et à chaque fois remis à la rue et vous pourrez vendre vos chiffres dans tous les médias.
  • Profitez qu’ils soient de retour à la rue pour demander à la police de renforcer les contrôles d’identité pour les exilé.es et les soutiens, arrêtes-les, placez-les en rétention, déportez-les.
  • Tournez autour de toutes les structures d’aide (distribution alimentaire, aide médicale, accueils de jour, etc) pour vous assurer que personne n’ose plus s’en approcher.
  • Déplorez bien sûr le nombre toujours plus important d’exilés en France en omettant bien sûr de dire que ce sont toujours les mêmes personnes à la rue depuis des mois et des années.
     

BRAVO !

Vous avez parfaitement suivi le déroulé prévu, recommencez la semaine d’après !

Communiqué inter-organisations

Sinon, 22 organisations ont signé un communiqué de presse au sujet de ces ersatz de mises à l’abri, dont Utopia 56.


 

Pour nous soutenir 

Adhérez à l’association, un soutien de 10 € qui vous permet de devenir bénévole et de soutenir nos actions auprès des exilé.e.s.

Rejoignez-nous sur le terrain, en devenant bénévole. A Paris, nous manquons de bénévoles tous les soirs pour la mise à l’abri des familles et femmes seules.

Faîtes un don, déductible à 75 % de vos impôts. Notre association dépend à 70% des dons des particuliers !